jeudi 13 décembre 2012

Pour la croissance, sauf celle des ENR ?

Une Petite phrase d’introduction du débat sur la transition énergétique qui en dit long :
 « L’attractivité du territoire français repose sur la performance de ses infrastructures de transport et d’énergie et sur la qualité de ses services publics. Tout en engageant notre société dans une nécessaire transition de son modèle énergétique, le Gouvernement veillera à préserver l’avantage compétitif qu’il procure aujourd’hui à notre tissu productif.»
La messe est-t-elle déjà dite ?
Fausses annonces alléchantes, mesures d’urgence sans arrêt repoussées aux calendes grecques, projet de décrets à application rétroactive (« Le tarif T5 fixé à un tarif très bas pour qu’il ne fonctionne pas »), appels d’offre permettant de donner les ENR aux grands énergéticiens  tout en les associant à une politique de blocage, Madame Le Ministre de l’Ecologie montre l’image d’un gouvernement reculant pour préserver un modèle dépassé, cher et dangereux.
Maintenir sciemment un étau qui a déjà causé en deux ans la suppression de 15000 postes dans les ENR, c’est enterrer une filière promise partout ailleurs à un avenir radieux.
Transition Energétique - Je me battrai jusqu'au bout pour sauver la France des ENR